Contacts.

Tous les contacts par secteur.

Permanence le mardi après-midi, le mercredi après-midi et le jeudi
au Local de Sud éducation
12 cité St Marc, 45000 Orléans
02-38-83-58-29
contact@sud-education-loiret.org

Rejoindre SUD Education Suivre l’activité de SUD.

Accueil > Informations Générales. > Les courriers. > Courrier SUD 72 - 2nd degré > DHG 2014 : Austérité et Mensonges

DHG 2014 : Austérité et Mensonges

vendredi 21 mars 2014, par Gilles

Les Dotations Horaires Globales des établissements du 2nd degré pour 2014, révélées en janvier, indique que la politique d’austérité continue avec une baisse du taux d’encadrement des élèves et une nouvelle conversion d’heures-poste en heures supplémentaires. * Les variations d’effectifs élèves ne peuvent pas constituer un alibi car elles sont traitées différemment d’un établissement à un autre. * Une hausse des effectifs ne signifie pas dans les faits par une hausse d’heures postes.

La révélation des DHG dans les établissements du second degré a été un choc de vérité pour la communication du ministre. Comme les années précédentes, la part des HSA augmente par rapport aux heures-postes, et si les DHG augmentent en moyenne, le taux d’encadrement se détériore car la démographie est en progression.

  • Les situations inégales dans nos lycées :
    Le lycée Jean-Zay gagnera 85 élèves et verra sa DHG augmenter de 41,3 heures ; tandis que le lycée Voltaire, toujours à Orléans, perdra à peu près autant d’élèves (87) pour une DHG diminuée de… 124,2 h. Soit le triple de ce que gagne Jean-Zay pour la même variation (mais pas dans le même sens) ! On pourrait multiplier les exemples similaires, et montrer que le Rectorat ment en justifiant les évolutions de moyens par les variations d’effectifs élèves : c’est bien une logique d’austérité, diminuant le taux d’encadrement des élèves, qui est à l’œuvre. Autre tendance lourde et continue : l’augmentation des heures supplémentaires, celles-ci représentant un quart dans le Loiret, et quasiment la moitié dans l’Eure-et-Loir, des moyens créés pour accompagner (de manière insuffisante) la croissance du nombre d’élèves.
  • Toujours plus d’élèves par classe au collège :
    Les collèges du Loiret accueilleront 337 élèves supplémentaires, mais devront le faire avec seulement… 6,2 postes en plus ! Là encore, une diminution du taux d’encadrement des élèves, et des situations très difficiles comme au collège de Chécy (10 élèves supplémentaires mais une division en moins) ou à St-Exupéry à St-Jean-de-Braye (qui perd 2 divisions à cause d’un changement de définition des seuils pour ouvrir ou fermer une classe). L’Eure-et-Loir paraît un peu mieux loti en termes d’évolution de moyens mais il ne s’agit en fait que d’un rattrapage, très insuffisant, de la grave pénurie de moyens que connaît le département depuis des années.
  • Aux LP, plein d’HSA !
    Quant aux Lycées Professionnels, s’ils connaissent eux aussi des variations d’effectifs élèves variables, TOUS, sans exception, se voient attribuer… des HSA en plus. Ce qui fait que dans le Loiret quasiment la moitié des moyens créés pour accompagner l’augmentation du nombre d’élèves sont en heures supplémentaires ; et dans l’Eure-et-Loir où les effectifs d’élèves sont stables, 35 heures-poste disparaissent pour quasiment autant d’HSA créées. Ce n’est pas cela qui diminuera la souffrance au travail des collègues de LP, bien au contraire !

Cette situation, est comme lors des précédentes rentrées, inacceptable, car au détriment des conditions de travail des personnels et d’étude des élèves. Ce sont des heures-postes à la hauteur des besoins que les dotations doivent être faites ! Sud Education Loiret - Eure-et-Loir sera au côté de tous les collègues qui se mobiliseront dans leur établissement contre ces DHG insuffisantes : contactez-nous et nous vous aiderons ! Et luttons tous ensemble contre cette politique d’austérité !


octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017