Contacts.

Tous les contacts par secteur.

Permanence le mardi après-midi, le mercredi après-midi et le jeudi
au Local de Sud éducation
12 cité St Marc, 45000 Orléans
02-38-83-58-29
contact@sud-education-loiret.org

Rejoindre SUD Education Suivre l’activité de SUD.

Accueil > 2nd degré. > Echos des Commissions Paritaires Académiques (congés formation, (...) > Chronique d’un élu à la CAPA certifiés (saison 2.2 épisode 11 : où il est (...)

Chronique d’un élu à la CAPA certifiés (saison 2.2 épisode 11 : où il est question de postes spécifiques et d’IPR aux abonnés absents, de la hors-classe, et de la vérification des barèmes pour le mouvement intra-académique)

mardi 31 mai 2016, par Gilles

Jeudi 12 mai : groupe de travail certifié.e.s-agrégé.e.s concernant les postes spécifiques académiques (SPEA)
(voir chronique de l’an dernier à ce sujet sur le fonctionnement de ce groupe de travail : lien)

Si ce groupe de travail se résume toujours à devoir accepter sans broncher les avis sur l’attribution de ces postes à partir de ceux des IPR, grosse surprise cette année : aucun.e de ces dernier.ère.s n’est présent.e à ce groupe de travail ! Serait-ce parce que l’an dernier j’ai osé demander à l’un d’eux la motivation de l’ordre qu’il avait établi entre deux collègues sur lesquel.le.s il avait porté un avis identique ? Quoi qu’il en soit, cette absence est particulièrement choquante, car pouvant être interprétée comme un mépris des corps d’inspection à l’égard des élus des CAPA ainsi que des collègues qui ont fait des demandes de SPEA.

Vendredi 13 mai : CAPA certifié.e.s concernant les avancements à la hors-classe
(voir chronique de l’an dernier à ce sujet sur le fonctionnement de cette CAPA : lien)

CAPA qui commence comme souvent par des déclarations préalables des syndicats. Je vous laisse deviner lequel vante « la reconnaissance du mérite auquel (il) est attaché », et lequel conclut sa déclaration par : « Il est grand temps que le chantier de l’évaluation des enseignants s’ouvre enfin ! » (un agenda Solidaires 2016 petit modèle pour le.la premier.ère qui trouve les deux bonnes réponses !)
En commençant la nôtre (présente ici : lien) par une citation des Shadoks afin d’évoquer l’absurdité d’une échelle de rémunération supplémentaire, j’ai l’impression de réveiller une partie de l’assistance (voir ma remarque sur le comportement d’une majorité des représentant.e.s des chef.fe.s d’établissements et des IPR pendant la lecture des déclarations liminaires ici : lien). Nous dénonçons aussi les inégalités des avis des directions d’établissements et des IPR selon les établissements et les disciplines - il s’avèrera qu’une autre inégalité intervient, celle entre les collègues qui ont exercé des années en tant que TZR, ce qui est valorisé, et ceux et celles qui ont été TA (Titulaires Académiques) ou TR (Titulaires Remplaçants) - soit l’équivalent des TZR avant 1999 - ce qui n’apporte pas de points…
Cette année aucun.e collègue ayant un double avis hiérarchique défavorable n’est « repêché.e », malgré les arguments des syndicats, notamment lorsqu’il est remarqué dans les commentaires des avis qu’il est fait référence à des difficultés connues par les collègues les toutes dernières années, alors que l’avis doit d’après les textes réglementaires refléter l’ensemble de la carrière… Il est juste évoqué lorsque la dernière inspection date de très longtemps que le Rectorat relaiera auprès de l’IPR concerné.e pour que le.la collègue ait prochainement une inspection…

Mardi 17 et mercredi 18 mai : groupe de travail certifié.e.s-agrég.é.s concernant la vérification des barèmes pour le mouvement intra-académique
(voir chronique de l’an dernier à ce sujet sur le fonctionnement de ce groupe de travail : lien)

J’avais insisté dans cette chronique l’an dernier - et pas seulement là - sur l’importance de la cohérence que doivent avoir les vœux et leur ordre pour les collègues faisant une demande de mutation à l’intra, ainsi que sur l’attention avec laquelle il.elle.s doivent vérifier les barèmes de leurs vœux et sur la procédure de contestation de ces barèmes si ceux-ci sont erronés, en conseillant fortement de nous contacter à ces moments-clés du mouvement intra. Insistance qui a eu des retours car cette année j’ai pu aider davantage de collègues lors de la formulation des vœux ainsi que pour des contestations de barèmes, où la manière de remplir la fiche dialogue et de rédiger un courrier explicatif annexe, ainsi que les pièces justificatives qu’on doit y joindre, peuvent être d’une importance cruciale sur la réussite de la procédure. L’expérience que j’ai pu acquérir l’an dernier a servi à améliorer les conseils que j’ai pu apporter, et cette année 100% des collègues que j’ai suivi.e.s pour une contestation de barèmes ont vu leur demande acceptée et les barèmes contestés révisés à la hausse. Il faut dire que toutes ces demandes étaient pleinement justifiées par rapport aux règles du mouvement intra.
Cependant, pour un.e élu.e siégeant à ce groupe de travail et défendant la contestation de barèmes d’un.e collègue, deux cas peuvent se présenter : soit au vu de la fiche dialogue et des pièces jointes, la Division de Personnels Enseignants (DPE) accepte préalablement le changement de barèmes et informe de ce changement lors du groupe de travail, soit elle ne prend pas de décision ou refuse le changement. Mais l’élu.e ne le sait pas à l’avance, donc il.elle doit bien préparer ses arguments en amont pour défendre la démarche du.de la collègue, arguments qu’il.elle développera lors du groupe de travail dans le second cas - et qui seront alors soutenus par au moins une partie des autres syndicats - mais qui dans le premier cas ne serviront pas !
Lors des trois demi-journées de ce groupe de travail, le listing des candidat.e.s au mouvement intra-académique, avec tous leurs vœux et les barèmes de ceux-ci, est parcouru discipline par discipline, et on ne s’arrête que lorsqu’il y a contestation de barèmes d’un.e collègue, question préalable d’un syndicat en général liée à une information manquante sur un.e collègue, ou correction par la DPE d’une erreur qu’elle a vue au préalable. Vu le nombre de candidat.e.s au mouvement, cela va très vite et nécessite une attention permanente des élu.e.s afin de comprendre et de noter tous les changements de barèmes quand il y en a - sauf pour les syndicats qui ont plusieurs élu.e.s qui peuvent se relayer mais cela n’est pas notre cas !
Comme précisé plus haut, quelquefois on doit développer les arguments que l’on a préparés pour défendre l’amélioration de barèmes d’un.e collègue qu’on suit. Mais on essaie également de saisir rapidement la situation de collègues défendu.e.s par d’autres syndicats et/ou sur laquelle la DPE s’interroge, afin de trouver rapidement et énoncer des arguments en faveur de la révision d’un ou de plusieurs barèmes à la hausse lorsque celle-ci est justifiée.
Par contre, des collègues ayant entrepris une contestation de barèmes sans faire appel à un syndicat et qui n’ont pas apporté de justifications suffisantes à leur démarche ont vu leur demande refusée sans qu’on puisse vraiment les défendre, car nous ne disposons alors pas de tous les éléments pour comprendre si celle-ci est fondée ou pas… Je me répète, mais pour cette procédure il est nécessaire de faire appel à l’expérience d’un syndicat en la matière - Sud Education étant aussi compétent que les plus gros syndicats à ce sujet, qu’on se le dise !

(Prochain épisode : la FPMA certifié.e.s-agrégé.e.s sur le mouvement intra-académique proprement dit, c’est-à-dire les affectations)


août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017